Les Jacob de Gambier

Un barbu c’est un barbu, trois barbus c’est des Gambier
mercredi 1er janvier 1000
par  Sébastien Canévet
popularité : 6%

Ce petit titre clin d’oeil à un film célèbre pour vous amuser :-)

Attention cependant, toutes les têtes de pipe représentant un barbu ne sont pas des Jacob, loin s’en faut. Rien que dans les catalogues Gambier, il y a des dizaines de barbus différents. Penchons nous un peu plus sur ces têtes de pipes.

Je n’ai pas encore mis les images en ligne, mais ça ne saurait tarder

Il faut que j’ajoute les photos dans cet article, ça sera fait dès que j’aurai le temps

 Mais au fait, c’est qui, Jacob ?

Il n’y a pas de certitude mais l’opinion la plus couramment admise est qu’il s’agit d’un personnage biblique. Si je me souviens bien des longues heures d’emmerdement de mes leçons de "caté", Jacob était le fils cadet d’Isaac et Rebbecca. Le gaillard était un sacré roublard et s’était débrouillé pour arracher la promesse à son frère jumeau de lui céder le droit d’aînesse contre une soupe de lentilles. Je vous passe les péripéties, mais il est probable que la pipe qui nous occupe soit à son effigie, puisque souvent un bandeau sur son turban proclame "je suis Jacob" ou une variante, car Jacob est souvent considéré comme un fin politique arrivé au pouvoir grâce à son mensonge.

J’oubliais de vous parler de l’autre hypothèse quand à l’origine du Jacob. Je lis souvent qu’il s’agirait d’une pipe faite à l’effigie du zouave Jacob, un militaire qui jouait du trombone au régiment de zouaves de la garde impériale.

Le zouave Jacob s’est surtout fait connaître à la fin du second Empire comme charlatant, qui "guérissait" les gens par la seule force de son regard magnétique, en imposant les mains ou en leur jouant du trombone. lire ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Henri_Jacob

Les premières pipes à l’effigie de Jacob sont apparues au début des années 1840, ce qui suffit à montrer qu’il ne s’agit pas lui, puisque Auguste-Henri Jacob est né en 1828 et n’a commencé à se faire connaître par ses frasques qu’en 1866.

Voici une caricature du bonhomme, parue dans le Charlie hebdo de l’époque.

 Tous les Jacob ne sont pas des Gambier

Là non plus pas de certitude sur le créateur de cette pipe à l’effigie du patriarche, mais ce n’est probablement pas Gambier qui en est l’auteur, puisque ce motif apparaît dès les années 1840 (le nom du plus ancien fabricant m’échappe pour le moment). Mieux, toutes les fabriques de pipes en terre ont produit une ou plusieurs versions du Jacob, en France et à l’étranger (Allemagne, Belgique, Grande Bretagne, Hollande). On estime généralement que plus de 200 versions différentes ont existé.

C’est pourtant Gambier qui a popularisé cette pipe, qui a été un grand succès pour la firme (sur plus de 2000 numéros à son catalogue, le premier Jacob porte le numéro 3). Dans le message suivant, je vais vous parler plus spécialement des Jacob produits par la firme de Givet.

 Rapide présentation de la maison Gambier

C’est la plus connue de toutes les fabriques françaises de pipes en terre et la plus prolifique. On estime que plus de 25 millions de pipes ont été produites à Givet. Le créateur de la piperie est un certain Jean Gambier, qui crée son atelier vers 1780. Il semble qu’il produise d’abord des imitations des pipes hollandaises et belges, avant de développer sa propre production. Les pipes figuratives apparaissent au début du XIXem. En 1840, le premier catalogue Gambier contient déjà plusieurs centaines de références différentes. La firme devient prospère et ouvre des succursales un peu partout en Europe, et exporte des pipes adaptées aux différents marchés (par exemple le Kaiser prussien, dont on peu supposer que les pipes à son effigie se sont mieux vendues en Allemagne qu’en France).
jacob gambier - Acheter un Jacob de Gambier Piperi10
La firme (photo ci dessus) connaît des difficultés à partir de la fin du XIX, à cause de la concurrence des pipes en bruyère et des cigarettes, elle ferme en 1926.

 Une vingtaine de Jacob Gambier différents

On lit un peu partout qu’il existe une dizaine de versions différentes du Jacob Gambier. Pour ma part, j’ai dénombré 21 moules différents, certains reprenant le même numéro de catalogue.

Les deux premiers Jacob (moules numéros 3 et 9) sont des pipes à tuyau long, elles sont fragiles à cause de ça et peu sont parvenues intactes jusqu’à nous. Toutes les autres sont des têtes de pipe destinées à être montées avec un tuyau, d’abord en noisetier avec un embout en caoutchouc durci, puis tout en cette matière à la fin de la production.

Le Jacob était disponible en plusieurs tailles différentes, du 948, qui mesure 9 centimètres de haut (photo dans mon premier message) au 1008, une mignonnette qui mesure à peine 4 centimètres de haut.

Je donne la liste complète avec les différentes caractéristiques des différents moules dans le PDF suivant, il est téléchargeable ici http://canevet.org/IMG/pdf/gambier-jacob.pdf

 Comment acheter des Jacob

Certains modèles sont très courants, comme le grand Jacob 948, qui a été produit pendant près de 70 ans, de 1855 à 1926. Il s’agit d’une belle pièce, qui fait son effet dans une vitrine, ou quand on l’a au bec. Le voici à côté d’une boîte de tabac, pour vous donner une idée de ce modèle déjà imposant.

Un autre moule très courant est le 998, qui existe en fait en deux versions différentes, qui se sont probablement succédé dans le temps. Celui du haut sur ma photo ci dessous est le plus récent ; il diffère par plusieurs détails de l’autre 998, plus ancien (en dessous) ; emplacement du numéro de moule, oreilles, barbes plus finement détaillée sur le moule ancien, etc...

Il est probable qu’il y ait d’autres cas dans lesquels plusieurs moules successifs ont été utilisés avec le même numéro mais je ne connais que celui ci.

Certaines références sont en revanche rares, voire très rares. Outre les Jacob longs 3 et 9, je n’ai par exemple jamais vu le 2019, une grande tête montée avec une virole, produite entre 1905 et 1916. Voici une photo piquée sur internet montrant plusieurs versions différentes.

Bref, lorsque vous voyez un Jacob (c’est marqué dessus), achetez le si il n’est pas trop cher. Les vendeurs rêvent souvent et essaient de vous refiler la chose pour plusieurs dizaines d’euros, voire cent ou cent cinquante euros. Pour ma part, je réponds qu’il s’agit d’une pipe extrêmement courante et que j’en ai déjà plusieurs exemplaires. Ca suffit parfois pour faire baisser le prix.

 Et si ce n’est pas un Gambier ?

Hé bien achetez le quand même si vous en avez envie, je répète que toutes les fabriques ont produit leur propre version du Jacob, ça permet de compléter votre collection tout en comparant les diverses productions. Il n’y a pas que Gambier dans la vie, pPr exemple, les Jacob de Dutel-Gisclon sont plus grossiers que les Gambier, ils n’en sont pas moins nettement plus rares, Fiolet (de St Omer) a produit de très jolies pipes, qui rivalisaient en qualité avec celles fabriquées à Givet. Les concurrents du Gambier peuvent être eux aussi un thème de collection très intéressant.

 Que vérifier avant d’acheter ?

Evitez de payer cher une pipe cassée ou ébréchée, sauf si c’est une rareté, ou alors achetez la à vil prix. Je me souviens avoir acheté ce 998 10 francs, à cause des éclats dans la barbe.

Après, pipe neuve ou bien culottée ? C’est selon vos goûts et l’occasion. La terre se patine assez vite et prend rapidement des couleurs de pain d’épice. Comparez mes deux 998 ci dessus.

Si le tuyau n’existe plus, ce n’est pas un drame, car il est possible d’en trouver assez facilement sur des pipes cassées. Vous pouvez aussi vous contenter d’exposer telle quelle cette petite sculpture dans votre vitrine.... Ah moins que nous préfériez fumer cette antiquité, qui aura cent ou cent cinquante ans, ce qui est parfaitement possible, elle faite pour ça. Veillez cependant à ne pas la laisser tomber car la pipe en terre est fragile, c’est d’ailleurs ce qui a conduit à son remplacement par la bruyère.

Pour finir, on peut se monter peu à peu une petite collection bien amusante en chinant ou en échangeant avec d’autres collectionneurs.

J’espère vous avoir suffisamment tenté pour qu’à la prochaine vous ayez un oeil pour ces humbles petites sculpture d’art populaire qui ont fait la joie de générations de fumeurs...


Bibliographie et "hypertextographie"

- Les catalogues de Gambier, que je possède en photocopies (les originaux sont rares et s’échangent au poids de l’or) : 1840 - 1856 - 1868 - 1879 - 1886

Il m’en manque certains, notamment les suppléments de 1871 et 1875, ils ont existé récemment en PDF mais je ne les ai pas sur mon ordinateur...

- Les pipes en terre de Jean Léo (photocopie du bouquin)
- Les pipes en terre, de Maurice Raphaël (Aztec)
- Les quatre tomes de la recension réalisée par Francis van Paris dans les années 90

Sur le ternet, outre l’excellent article de la wikipedia sur la maison Gambier : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_Gambier
Vous pourrez consulter l’excellent site d’Arthur van Esved https://www.gambierpipes.com, et notamment sa propre recension de l’ensemble du catalogue, qui reprend et amplifie le travail de Francis van Paris https://www.gambierpipes.com/fr/catalogue-numerique/


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)